Ergebnis 1 bis 2 von 2

Thema: Le mystère de la fontaine de Kermore, par Manfred La-Fontaine

  1. #1
    Registriert seit
    24.11.2014
    Beiträge
    127

    Pfeil Le mystère de la fontaine de Kermore, par Manfred La-Fontaine

    Le mystère de la fontaine de Kermore


    par Manfred La-Fontaine

    vue complète.JPG

    Aperçu général

    Introduction
    La fontaine de l'âge de pierre de Kermore
    Le cœur de pierre
    Le mystérieux menhir de Kermore
    Découvertes à la fontaine de l'âge de pierre de Kermore : céramique, céramique du Rubané, silex
    Gravures et blocs à écuelles à la fontaine de Kermore et dans les environs immédiats
    Mégalithes dans un rayon de 100 m autour de Kermore
    Autres mégalithes - constructions dans les environs (distance de 1 à 5 km)
    Les fontaines de Kermore
    Kermore au cours des millénaires
    Position de la fontaine de Kermore - Carte
    FAQ - Questions sur la fontaine de Kermore

    Introduction

    La fontaine préhistorique de Kermore est située près du village de Séglien dans le Morbihan (Bretagne). Sur la D-782 qui relie Pontivy à Guémené-sur-Scorff, environ 12 km après Pontivy, on trouve un chemin vicinal praticable sur la gauche. Après 200 m, l'on arrive au chêne de Kermore, vieux de 400 ans.
    Il y a par ailleurs un parking pour les visiteurs. La fontaine est accessible en quelques minutes à travers le parc de Kermore.
    Jusqu'à présent, le complexe mégalithique de Kermore n'a été classé dans aucune catégorie connue. Ce n'est ni un dolmen ni un tumulus. D'après les découvertes, le site aurait au moins 7000 ans.
    Position géographique : 480523,7 N - 030520,8 O, saisie dans les appareils de navigation : 56160 Séglien, Kermore, ou Séglien, lieu-dit de Kermore

    La fontaine de l'âge de pierre de Kermore
    La fontaine est entourée de blocs de pierre massifs. Ceux-ci sont imbriqués et forment trois bassins dans lesquels l'eau s'accumule. Les mégalithes utilisés pour les bassins pèsent jusqu'à 6 tonnes. Au moins deux des grosses pierres sont travaillées : le "petit menhir" et le "cœur de pierre". Un troisième mégalithe repose sur un socle de pierre.
    La « pierre sus-jacente » pèse environ 45 tonnes, n'est pas travaillée et n'a apparemment pas été déplacée. Il a un creux qui forme une sorte de « toit » au-dessus du puits.



    Une autre dérivation de source a été creusée il y a une trentaine d'années et est situé au-dessus de la source principale au nord-ouest, à environ 25 mètres de distance. L'eau de cette source servait à abreuver le bétail des environs.



    Une source avec des formations rocheuses remarquables et une eau courante assurée, même pendant les étés chauds, est bien sûr intéressante pour les hommes de toute période. Ainsi, la fontaine de Kermore a été construite dans les premiers temps et a été adaptée au fil du temps aux besoins des époques et des habitants.

    Le cœur de pierre
    Le cœur de pierre à côté du menhir pourrait avoir été travaillé par des tailleurs de pierre celtes. Des représentations en forme de cœur des Celtes, ainsi que des blocs de sel en forme de cœur, sont historiquement attestés. La "forme du cœur" n'a rien à voir avec la forme du cœur humain. C'est plutôt la représentation abstraite de la poitrine ou des fesses de la femme. La Vénus de Willendorf, vieille d'environ 30 000 ans, par exemple, présente des caractéristiques similaires. Les gens de l'âge de pierre connaissaient bien ces formes ; ils les peignaient aussi. Il est possible que la forme de cœur n'ait pas conçue comme c'est le cas aujourd'hui, c'est-à-dire avec la pointe vers le bas, mais dans l'autre sens.
    D'autres interprétations supposent que cette forme cœur correspondait en fait à une figue stylisée ou à une feuille de lierre. En raison de la position et de la forme claire du cœur de pierre de Kermore, l'on peut exclure avec une forte probabilité qu'il ne s'agisse que d'une « roche remarquable ». Si le petit menhir situé à 3 m du cœur de pierre se voit accorder la forme d'une main faisant la figue, alors une interprétation intéressante de l'ensemble de la disposition serait possible : la pierre en forme de cœur sous la forme d'une feuille de vigne et le menhir sous la forme d'une figue pourraient être considérés comme une représentation symbolique de l'amour.

    Le mystérieux menhir de Kermore
    Cette pierre massive sculptée est particulièrement difficile à classer :
    C'est lors du nettoyage de la fontaine de l'âge de pierre de Kermore en 2008 que ce menhir sculpté a été découvert. Il mesure environ 1,50 m de hauteur, 75 cm de largeur et 50 cm de profondeur. Son poids est d'environ 500 kg. La pierre a une forme inhabituelle et abstraite, qui se prête à des interprétations très différentes.
    Le tiers supérieur de la pierre est formé par un triangle rectangle. Le côté opposé à l'angle droit du triangle (hypoténuse) est également biseauté. La pointe biseautée de la pierre a une surface lissée. La surface triangulaire était à l'origine plus grande ; il manque à un côté du triangle un fragment d'environ 15 x 20 cm.
    Dans le tiers inférieur de la pierre, du matériau a été enlevé sur toute la largeur de la pierre. Volume total de matériau enlevé : 50 cm x 70 cm x 7 cm. Ce travail intensif de la pierre est également une indication que la forme actuelle de la pierre n'est pas d'origine naturelle.
    L'envers de la pierre est plat et ne présente aucun travail visible. La pierre a un aspect très massif et donne l'impression d'une sculpture abstraite.
    Interprétation : il est évident que le menhir a été travaillé à l'âge de pierre. Directement à côté du menhir, à une distance de 1 m, se trouve une pierre horizontale présentant plusieurs dépressions circulaires. Les plus vieilles pierres en forme de bol ou de coupe datent de l'Age de pierre moyen (8000 à 4500 av. J.-C.).

    [IMG]file:///H:/petite%20menhir-.JPG[/IMG]

    Un travail du menhir par des tailleurs de pierre romains est également possible. La fontaine de Kermore n'est qu'à 300 m de l'ancienne voie romaine Carhaix - Pontivy.
    La forme de la pierre et les structures superficielles peuvent être interprétées comme une main, la question qui se pose étant de savoir s'il s'agit d'une main à l'index tendu ou d'une main faisant la figue.


    Un bref aperçu de l'histoire mouvementée peut être obtenu à partir des fragments d'argile trouvés à la fontaine principale et le long de son cours. Au cours des millénaires, des cruches et des coupes d'argile se sont brisés. La plupart des fragments proviennent de récipients en céramique très simples et "grossiers". Certains fragments, en revanche, sont très minces, ce qui veut dire que les récipients n'étaient pas prévus pour un usage quotidien, mais étaient plutôt des récipients destinés à des sacrifices.


    Outils de Silex à la fontaine de Kermore
    Le silex est un type de pierre à la fois dur et flexible. Il est également connu sous le nom de pierre à feu parce qu'il est approprié pour produire des étincelles et ainsi allumer un feu. Le silex était l'acier de l'âge de pierre et servait à fabriquer une grande variété d'outils. Deux outils en silex ont été trouvés à proximité immédiate du petit menhir. D'autres fragments de silex et divers outils en quartz ont également été trouvés.


    Gravures et blocs cupulaires (blocs à écuelles) à la fontaine de Kermore et dans les environs immédiats
    Les gravures de la fontaine de Kermore découvertes jusqu'à présent se trouvent principalement sur une pierre horizontale à côté du petit menhir. Cette pierre était recouverte de terre il y a quelques années encore. Deux petites coupes sont visibles, ainsi que des rainures, l’une annulaire et l’autre semi-circulaire. Aucune interprétation des gravures n'existe à l'heure actuelle.
    [IMG]file:///H:/IMG_8946.JPG[/IMG]
    Les dépressions en forme de coupe étaient typiques pendant une certaine période de l'âge de pierre. Les pierres de coupe ont été fabriquées de 50 000 av. J.-C. jusqu'à la période néolithique, soit de 4500 à 1500 av.
    A environ 50 m de la fontaine de Kermore se trouve un très beau et grand bloc cupulaire dans le voisinage immédiat de la ferme de Kermore. A côté se trouve un bassin sculpté dans la pierre.

    Dans un rayon de 100 m autour de la fontaine de Kermore il y a plusieurs mégalithes.
    Un groupe de blocs de pierre est situé à 80 m au sud-est de la fontaine. Deux des mégalithes ont des rainures profondes qui empêchent les cordes de glisser pendant le transport. Cet appareil était déjà connu à l'âge de pierre.
    Même ces mégalithes n'ont pas été épargnés par le zèle chrétien. Au moins deux des gros blocs de pierre ont explosé. Les trous de forage nécessaires à cette destruction par explosion sont bien visibles sur les fragments.
    Les « constructions païennes » n'ont pas seulement été détruites ; les fragments ont sans doute aussi été disséminés à l'aide d'un attelage de bœufs. Même aujourd'hui, après la destruction, les blocs de pierre massifs sont impressionnants.


    Un autre mégalithe se trouve dans la ferme de Kermore. Il mesure 2 m de haut et pèse 8 tonnes. Jusqu'en 1998, il était en position horizontale et presque entièrement recouvert de terre. Il n'a pas de gravures ni d'autres traces de traitement, mais il impressionne par sa forme régulière.
    Il y a aussi un menhir au bord de la cour du moulin de Kermore. Sa hauteur est d'environ 2 m. Derrière le moulin, vous pouvez voir l'ancien chemin entre le moulin et la fontaine de Kermore. Le nom Kermo'ch a également été utilisé pour le moulin, qui signifie « maison sur le chemin du sanglier ».


    Mégalithes dans les environs de Kermore (distance de 1 à 5 km)

    Il y a deux monuments de l'âge de pierre près de Kermore

    L'allée couverte de Cléguérec « Bot-er-mohed ». Elle se trouve à environ 5 km.


    Les fontaines de Kermore

    Le nom de fontaines de Kermore » n'est pas tout à fait exact. En fait, l'eau s'écoule actuellement de quatre fontaines. Le plus fort débit d'eau peut probablement être observé à la fontaine la plus ancienne. Le bassin d'entrée se compose de deux blocs de pierre massifs et de plusieurs petits blocs de pierre qui forment un bassin circulaire.
    Juste à côté se trouve un bassin entouré de pierres de granit massif. Au-dessus de ce bassin se trouve une pyramide de pierre avec un évidement rectangulaire contenant la statue de Sainte Anne.

    À l'est, à environ 10 mètres de la fontaine principale, il y a un énorme rocher sous lequel l'eau s'accumule également. Devant le rocher, plusieurs grands blocs de pierre sont imbriqués de façon à former 3 bassins.
    À une vingtaine de mètres, en direction nord-ouest, il y a un puits qui a été creusé il y a seulement quelques années. Ce puits est entouré de plus petits blocs rocheux.
    Il a été observé que la source principale fournit de l'eau douce même les années extrêmement sèches. Les bassins devant le gros rocher ne sèchent pas non plus.
    On peut supposer qu'il y a des milliers d'années encore, ce puits était principalement utilisé dans la pratique.
    Un des mystères de la fontaine de Kermore est l'utilisation des « bassins » devant le bloc principal. Il n'est pas certain que les bassins ne servaient autrefois qu'à stocker l'eau. Il est plus probable que le bloc principal, les trois bassins devant lui, la pierre de cœur et le petit menhir servaient à des fins rituelles.

    La fontaine de Kermore au cours des millénaires

    La période moderne en Bretagne a été malheureusement aussi l'époque de la destruction des bâtiments anciens. De nombreux tumulus, dolmens et menhirs ont été "christianisés" ou simplement détruits.
    Les mégalithes de Kermore n'ont pas été épargnés non plus. Une analyse au carbone 14 du matériel végétal a permis de montrer que le petit menhir s'est renversé ou a été renversé en 1680 (+ / - 30 ans).
    On peut supposer qu'à cette époque également, la grande formation rocheuse, située à 80 m au sud-est du puits, a été détruite par explosion. A partir de ces fragments, deux grands menhirs pouvaient être reconstitués.
    Lors de la construction de la ferme de Kermore, un énorme bassin supplémentaire de blocs de granit a été ajouté. Il a servi à alimenter en eau potable le moulin de Kermore jusqu'à la fin du XIXe siècle. Les habitants de la ferme de Kermore ont utilisé l'eau jusqu'en 1980.
    En 1960, une pyramide de pierre a été construite au-dessus de l'enceinte en granit de la fontaine principale. Dans une niche de la pyramide se trouve une petite figure représentant Sainte Anne. La pyramide de pierre et la figure ont été inaugurées lors d'une cérémonie religieuse. L'ancienne propriétaire de Kermore a rapporté que des processions ont été organisées en l'honneur de Sainte Anne sur une plus longue période de temps.
    A peu près à la même époque, le moulin de Kermore á change de propriétaire. Le gué traversant le ruisseau voisin (Frétu) n'étant pas accessible en voiture, le nouveau propriétaire a décidé d'effectuer divers travaux de construction. L'étang de Kermore a été excavé avec une grande excavatrice et un barrage avec un drain réglable a été construit.
    L'eau du ruisseau a été endiguée par le nouveau barrage praticable et a partiellement inondé les zones auparavant utilisées pour la culture de légumes et le pâturage du bétail. Par la suite, les mesures de construction, l'inondation des parcelles et le nouveau tracé ont provoqué de graves litiges entre voisins, qui ont duré jusqu'en 2008 et ont finalement dû être réglées devant les tribunaux.
    On peut supposer que les positions des plus grosses pierres ont été modifiées pendant les travaux de terrassement mécanique. Des pierres ont probablement aussi été utilisées pour renforcer le barrage. Une table en pierre située sur le barrage de l'étang n'a certainement pas été transportée sur une longue distance, mais assemblée à partir de matériaux présents sur place.
    Vers 1970, l'un des habitants de Kermore avait l'impression que l'eau du de la fontaine de granit n'était plus assez propre pour "faire cuire la soupe". Il a donc creusé à la recherche d'eau à 30 m au nord-ouest de la fontaine d'origine. Dans la zone de drainage de ce puits, un bassin supplémentaire a été creusé, qui a servi de point d'eau pour le bétail. Le creusage de l'eau a réduit la quantité d'eau qui s'écoulait du rocher central et de la source principale.
    Vu de loin, les activités des habitants semblent discutables. Mais, tandis que l'intérêt pour les dolmens ou menhirs après l'âge de pierre, au plus tard après la période celtique, se limitait à leur utilisation comme matériau de construction, la fontaine de Kermore était toujours utile et donc utilisée.
    A l'origine, le grand rocher et l'abondance d'eau douce en été étaient les conditions idéales pour un campement. Au cours des millénaires, diverses mesures de construction ont été prises, dont l'ampleur réelle ne peut que faire l'objet de spéculations.
    Une bonne idée de la destruction délibérée peut être obtenue en regardant de plus près le groupe de pierres en face sur le territoire de la municipalité de Saint-Nizon / Malguénac. Là, de gros blocs de pierre, probablement dressés, ont été manifestement brisés en morceaux. Non pas pour obtenir des pierres pour la construction de maisons, il s'est agi d'une explosion à des fins de destruction. Les fragments traînent toujours autour, formant un puzzle qui attend d'être assemblé.
    Actuellement, la fontaine de Kermore est une destination d'excursion populaire. Le parc vous invite à une promenade, un chêne de 400 ans et l'étang du moulin de Kermore formant en plus de la fontaine de l'âge de pierre, d'autres attractions. Les environs proches peuvent être explorés par la liaison avec les randonnées de la municipalité de Malguénac.

    Manfred La-Fontaine / Manfred Keppeler - Kermore 3 novembre 2018

    Position de la fontaine de Kermore

    La fontaine de Kermore se trouve sur Google maps.
    Saisir dans le navigateur : 56160 Séglien, Kermore, ou Séglien lieu-dit de Kermore


    plan.jpg

    FAQ - Questions sur la fontaine de Kermore

    Signification du nom de Kermore

    - « Kêrmore » vient de la langue bretonne. Les noms bretons les plus récents, c'est-à-dire les noms jusqu'à 300 ans, peuvent être interprétés relativement facilement, mais le nom de Kermore semble plus ancien. La langue bretonne connaît donc plusieurs significations du mot Kermore.
    La première partie du nom, « Kêr-« , est un élément commun aux noms de lieux bretons et signifie : ville, village ou hameau.
    - Le deuxième élément, « -more », fait référence à une caractéristique naturelle : grand ou important. Ainsi, Kermore peut être traduit par "lieu important". Le nom breton faisait probablement référence à la grande importance de l'endroit.
    Pourquoi la fontaine n'a-t-elle été découverte que maintenant ?

    - Jusqu'à il y a environ 10 ans, la plupart des pierres n'étaient pas ou n'étaient que superficiellement visibles. En 2008, les pierres ont été nettoyées et la terre meuble a été enlevée en surface. Ce n'est qu'alors qu'il est devenu évident qu'il ne s'agissait pas d'une accumulation naturelle de roches ou d'une ancienne carrière.
    Quel est l'âge de la fontaine de Kermore ?

    - En raison des gravures et des découvertes, on peut supposer un âge de plus de 7000 ans.


  2. #2
    Registriert seit
    13.12.2019
    Beiträge
    2

    Standard AW: Le mystère de la fontaine de Kermore , par Manfred La-Fontaine

    Je trouve ce truc avec la fontaine de Kermore très intéressant.

    J'attends avec impatience le nouveau concours d'artistes : les artistes voient la fontaine de Kermore comme ceci.

Aktive Benutzer

Aktive Benutzer

Aktive Benutzer in diesem Thema: 1 (Registrierte Benutzer: 0, Gäste: 1)

Benutzer, die dieses Thema gelesen haben: 3

Stichworte

Lesezeichen

Lesezeichen

Berechtigungen

  • Neue Themen erstellen: Nein
  • Themen beantworten: Nein
  • Anhänge hochladen: Nein
  • Beiträge bearbeiten: Nein
  •